J’aimerai commencer la semaine de façon positive 🙂 Envie de positivitĂ©, de joie, de soleil (ok je m’emballe peut-ĂȘtre pour le soleil ! ^^)

Vous savez qu’avec Papa Cool, nous avons justement choisi l’Ă©ducation… positive ! Retrouvez notre vision de l’Ă©ducation dans mon article dĂ©diĂ© Ă  ce sujet sur le blog.

Aujourd’hui, je vous prĂ©sente un des principes de l’Ă©ducation positive que nous utilisons au quotidien avec Poussin et qui fonctionne bien alors autant partager 😉

Il s’agit de parler de maniĂšre positive, d’exprimer les interdits de façon positive. PlutĂŽt que dire « ne cours pas », privilĂ©giez « marche (plus lentement) ».

Vous verrez, ça marche (en tout cas avec Poussin 🙂 ) ! Car dans l’injonction “Ne cours pas !”, un cerveau d’un jeune enfant entend avant tout le verbe courir : “cours !”. Donnez donc des consignes sur une formulation affirmative. Dites calmement ce qu’il peut faire et non ce qu’il ne peut pas faire.

En effet, grùce à de nombreuses études en psychologie positive et en neurosciences, nous savons maintenant que la forme conditionne le fond. Aussi notre cerveau comprend beaucoup mieux les messages affirmatifs et positifs que les messages exprimés sous une forme négative.

C’est un fait : le cerveau de l’enfant est immature et trĂšs fragile. Avant ses 5 ans, l’enfant n’est pas capable de contrĂŽler « ses tempĂȘtes Ă©motionnelles ». Toutes les rĂ©centes recherches en neurosciences ont permis de dĂ©montrer que les adultes (parents, enseignants, professionnels de la petite enfance, etc.) qui soutiennent et encouragent leur enfant, permettent au cerveau de gagner en compĂ©tences Ă©motionnelles et cognitives. Source : www.laurencepernoud.com 

Vous pouvez retrouver et comprendre les neurosciences affectives pour comprendre le cerveau de l’enfant notamment Ă  travers les travaux de la chercheuse et pĂ©diatre Catherine Gueguen.